Festival Crest Jazz 2019 : Quelques mots

Le festival Crest Jazz vocal est l’un de ces événements sur lesquels nous avons pour habitude d’être présents. Cette année, il s’est déroulé du 26 juillet au 3 août. C’est à Crest, non loin des berges de la Drôme, au pied de la crête des Arnaud, à l’ombre du plus haut donjon de France que nous sommes allés. Nous n’avons assisté qu’à quatre soirées sur les neuf proposées. Nous ne parlerons donc que de celles-ci.

MARDI 30 JUILLET

En cette cinquième journée de festival, nous y avons posé les pieds pour la première fois. Nous avons passé le pont Mistral qui enjambe la Drôme alors que le soleil descendait au loin sur celle-ci. Nous avons rejoint l’espace Soubeyran où se passe l’intégralité du festival. Nous avons présenté notre passe à l’entrée et avons pénétré dans l’enceinte. Après les salutations de rigueur, nous avons rejoint le pied de la scène. Au programme, le Possible(s) quartet qui proposait un hommage à David Bowie – fil conducteur de la soirée. Nous avons assisté à un spectacle agréable durant lequel les quatre musiciens ont su faire revivre, à leur manière, les tubes du lord anglais. Le public a été conquis par cette performance. C’était un beau cadeau, tant pour l’assistance que pour David Bowie. Ils ont été suivis par le JAV Contreband qui accueillait David Linx qui, eux aussi, ont proposé leur hommage à Ziggy Stardust & co. ! Nous n’avons, malheureusement, pas de photographies du spectacle.

JEUDI 1er AOUT

En cette soirée du jeudi, nous avons assisté au point d’orgue du festival. En effet, après le concert de la talentueuse vocaliste multi-instrumentiste Elina Duni qui se produisait seule sur la gigantesque scène, a eu lieu celui de Monsieur Thomas Dutronc. Cet artiste, qui jouait avec Les Esprits manouches, s’il a un nom, a aussi un prénom ! Il a assuré comme il se devait en mettant une ambiance de folie à l’espace Soubeyran. Près de 2 500 personnes sont venues assister à son tour de chant. Et quel tour de chant ! Il a embrasé la nuit crestoise en proposant ses compositions personnelles. Guitariste et chanteur, Thomas a une voix et un doigté ravageurs. Comme vous pouvez le constater : nous avons beaucoup aimé.

Elina Duni en solo
Thomas Dutronc & les Esprits manouches

VENDREDI 2 AOÛT

Place désormais au vendredi qui nous a proposé une affiche très orientale avec, en première partie, le groupe Sarāb, poulain du Crest Jazz ayant participé au concours international. Ils ont précédé le roi du Oud, M. Dhafer Youssef qui nous a joué de longs et beaux morceaux tout au long de la soirée.

Sarāb
Dhafer Youssef

SAMEDI 3 AOÛT

Dernière soirée du festival, celle que, pour notre part, nous attendions avec impatience. La première partie a été, traditionnellement, offert à la formation lauréate du Prix de la Ville de Crest au concours international. En l’occurrence, il s’agissait de Nota Bene qui s’est fait plaisir face au nombreux public. Ils ont précédé le crooner britannique Hugh Coltman, lequel a assuré le spectacle avec ses titres dynamiques.

Nota Bene
Hugh Coltman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *